Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

« Deux billets par semaine. Généralement le mardi, vers midi et le vendredi, en soirée. »

Merci de votre attention.

Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

vendredi 28 octobre 2016

Compte-rendu de ma présence à la foire Extraordin-Artistes d'automne 2016

L'expérience que j'ai vécue à cette nouvelle foire à laquelle j'ai participé en fin de semaine (22 et 23 octobre) était... nébuleuse. Une expérience moins vive et désarmante que ce que j'avais vécu comme exposante à un petit congrès sans réelle affluence, dès le départ. Pour celle de l'Extraordin-Artiste, j'ai apprécié mes rencontres avec de nouveaux artisans que j'espère retrouver à d'autres endroits, dans l'avenir... Mais le public... lui, n'était pas au rendez-vous.

À l'Extraordin-Artistes, je ne savais pas à quoi m'attendre. J'avais découvert la foire sur Facebook, en mai dernier. Elle connaît une jeune existante. D'après son site internet, elle aurait été montée – avec thématique – au moins 9 fois (!!!), avant cette dixième fois, pour l'automne. Si elle continue à vivre, c'est parce qu'elle doit fonctionner assez bien, non?

Les questions habituelles abondaient à mon esprit : Quel en serait le public? Combien de visiteurs y aurait-il? Quels types d'achats ces visiteurs préféreraient-ils effectuer? J'avais décidé de prendre le risque de m'y présenter comme exposante en payant un montant – pour un espace – plus élevé qu'à mon habitude. Or, peut-être que la lacune – avant de prendre ce risque – a été de n'y avoir jamais pointé le nez auparavant. Je préfère, et de loin, visiter moi-même le nouveau marché avant de me lancer dans une pareille aventure. Rien de mieux que d'en connaître une expérience physique pour en tâter le pouls.

Pour cette foire, je m'étais essentiellement fiée à une vidéo sur une exposition antérieure montrant quels types d'artisans s'y trouvaient, les activités offertes, etc., à des clichés ça et là sur la Toile - dont celles du Baron Magazine (qui en censé être une revue – un peu marginale, certes – d'autorité, non?)

En somme, est-ce que prendre ce risque pour avoir une nouvelle visibilité, malgré un prix plus élevé en a valu la peine?

-- ...

Au lieu de répondre immédiatement, je vous demande de lire ce qui suit et mon billet suivant, qui tente de cerner les raisons d'insuccès de cette foire, à ce temps-ci de l'année. Dans cet autre billet, je réponds à la question. Soyez patient.


Voici ce qui est arrivé

Je vous explique. Pendant toute la fin de semaine, moi et mes voisins exposants nous demandions ce qui se passait, pourquoi il n'y avait pas d'affluence, alors que l'organisatrice avait pourtant fait du bon travail de promotion, voire payer un espace publicitaire dans le journal Métro. J'étais contente de me retrouver dans sa gang. Comparé au SDAUM qui en manque bien davantage, même si la radio étudiante de l'Université de Montréal est de son côté... (J'en parle ici) Retenue pour la foire Extraordin-Artistes, je me sentais bien entourée et encouragée. Pareillement, je pense, pour mes voisins-exposants, alors que pour nombre d'entre eux en était à leur première présence à Extraordin-Artistes et avait bon espoir.

Le samedi, c'était mort. Nous nous questionnions pas mal tous. Les organisateurs avaient présumé que c'était en raison des conditions météorologiques (pluie, froid, vent) qui empêchaient le monde de sortir. (À la place des visiteurs, moi aussi je serais restée chez moi.)

Le dimanche, nous croisions tous les doigts pour du soleil. J'avais vérifié moi-même les conditions météorologiques avant d'y retourner le matin. Ciel variable avec 30% d'humidité en après-midi. Excellent. Sur place, le matin et en début d'après-midi, j'aperçus un peu plus de visiteurs. Je retrouvai le public que je connaissais : celui qui arpente les kiosques, souris aux artisans, nous remercie de notre présence... Or, ils étaient bien peu. Certains de mes voisins étaient parvenus à vendre assez de matériel pour rembourser au moins le coût de leur espace, d'autres peu, comme moi (mais plus qu'au petit congrès sans affluence!!), d'autres, rien du tout. :/


Une situation embêtante

Plusieurs artisans – le samedi, une heure avant la fermeture et le dimanche, bien plus tôt – pliaient bagage. Or, l'organisation avait formellement insisté par courriel de ne pas démonter les kiosques avant la fermeture.

Samedi, moi et d'autres étions déconcertés de voir que certains le faisaient éhontément manquant de respect par le fait même autant à leurs voisins d'exposition qu'à l'organisation. Ce comportement est littéralement un manque flagrant de professionnalisme. Comme nous ne comprenions pas ce qui se passait côté « visiteurs », nous le percevions ainsi. Tandis que pour le dimanche, en fin d'exposition, notre vision était tout autre. Voire réaliste. S'il n'y avait pas eu l'affluence espérée la veille, pourquoi tout d'un coup, une heure ou deux heures avant la fermeture, serait-elle là?

Heureusement pour moi, je n'étais pas démontée par la situation. Comme je vous l'avais dit ci-haut, j'avais pris un risque. Je m'étais présentée à un marché dont je ne connaissais pas suffisamment les paramètres (promotion, affluence, accès difficile ou pas, etc.). J'ai quand même été contente de mon expérience, comme chaque fois, que je vais dans une foire, parce que j'ai rencontré d'autres artisans géniaux qui demeuraient motivés et créatifs, malgré l'incompréhension dans laquelle ils étaient plongés.

__________________________________

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Formulez un ajout, un commentaire, une suggestion, un encouragement ou une critique, tant que ce mot soit respectueux et écrite dans un bon français.

Tout écrit hors de cette consigne n'aura pas de diffusion et sera supprimé.

Merci d'y porter attention.