Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

« Deux billets par semaine. Généralement le mardi, vers midi et le vendredi, en soirée. »

Merci de votre attention.

Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

vendredi 27 mai 2016

Flot d'activités culturelles en parallèle

Cette fin de semaine (ce vendredi, samedi et dimanche), un flot d'activités culturelle seront offertes en même temps. C'est l'occasion rêvée dans piocher l'une du lot pour la découvrir, y assister, voire y participer. 

Voici un tour d'horizon :


  • 29 mai, JOURNÉE DES MUSÉES 
     Une trentaine de musées de la ville de Montréal sera ouverte au public, de 11h à 16h, avec l'entrée gratuite et plusieurs services de navettes. Vous avez l'opportunité de choisir parmi 5 ou 6 circuits qui comportent une sélection de musée se retrouvant dans le secteur. 
     Durant trois années d'affilées, je me suis donnée la peine d'assister à cet événement. En groupe, avec une amie ou seule, chaque fois, je m'étais bien amusée, avais découvert des trésors de ma propre contré dont je ne connaissais que le survol et enrichie mon bagage de savoir culturel et historique.
http://museesmontreal.org/fr


  • Dernière fin de semaine de mai, FESTIVAL DE BD DE MONTRÉAL

     Un génial petit festival de BD qui prend de plus en plus d'ampleur se déroule depuis 5 ans dans un cadre enchanteur, soit au coeur du parc Lafontaine. C'est l'événement de l'heure où rencontrer les artisans de cet art livresque et de découvrir ou redécouvrir le fruit de leur passion. 
    J'y suis allée à deux reprises comme visiteuse. Je renouvelle l'expérience cette année, en y contribuant, sans figurer parmi les exposants. ;o) J'adore me retrouver là-bas, entourée de livres colorés et vivants, et de ces gens sympathiques, dont quelques uns figurent parmi mes collègues littéraires et artistes actuels. C'est vraiment génial de se retrouver un peu chez soi, là-bas. 
http://www.fbdm-montreal.ca 

  • 29 mai, JOURNÉE MONDIALE DU JEU

     Un autre événement à ne pas manquer sera la journée Mondiale du jeu de société qui se fêtera ici et là, à travers les différents organismes dédiés à cette culture ludique. 
     Entre autres, vous aurez les animateurs du Randolph Ludique qui offriront avec bonheur et passion leur connaissance des jeux de société, au parc Émilie Gamelin rebaptisé pour la saison estivale Jardins Gamelin. 
Fête mondiale du Jeu aux Jardins Gamelin


  • 28 et 29 mai, MARCHÉ ARTISTIQUE

    Il y aura aussi, un peu à l'écart, dans un sous-sol d'églises, une foire d'art, de produits santés et décor. S'y retrouvera un peu de Etsy Fait à Montréal, un peu de SDAUM, un peu d'Expozine, un peu de Puce Pop Montréal. Un peu de toutes les foires qui animent Montréal depuis plusieurs années. 
   Ça fait un mois que je pense y faire mon tour. Parce que je ne connaissais pas auparavant l'événement. Parce que j'ai manqué  l'appel de dossiers (à deux jours près). Parce que j'aime tout ce qui est artisant et DIY, ça me fait tripper et de donne envie de le montrer au monde entier. Au Québec, les idées sont riches, les artisans généreux. Je ferais peut-être un compte-rendu, si je parviens à me trouver une minute de libre pour cette fin de semaine à venir déjà ultra-chargée de mon côté! Ohhh!
 Extraordin-Artistes du printemps - Marché Artistique

  • Dernier dimanche du moi, Accès Gratuit au BIXI
    À chaque dernier dimanche du mois, à partir de ce mois-ci, vous aurez le droit d'avoir un accès gratuit et libre au fameux BIXI Montréalais. Si vous préférez le grand air et découvrir les beaux territoires qu'offre la piste cyclable de la vie, l'option « BIXI » serait la meilleure. 
    À noter que vous pouvez en obtenir un ou deux, à condition que vous avez une carte de crédit sous la main et un bon montant de 150 ou 200$ de disponible en guise de dépôt sur ces véhicules. Comme quoi, il n'y a rien de totalement gratuit en ce moment. :P 
BIXI GRATUIT 

Sur ce, je vous souhaite 
une superbe et enthousiaste fin de semaine!!!  

vendredi 13 mai 2016

Visite de la 1re édition de la « Foire Artisanale du printemps »

Wow! C'est le mot! L'événement d'une seule journée (de 13h à 22h : pratiquement un samedi de Salon du Livre!) avait lieu dans un ancien bain public (réemployé comme cabaret-spectacle), soit le Bain Mathieu, dans l'arrondissement Ville-Marie-Centre-Sud de Montréal*. La foire était organisé par l'entreprise de création d'événements Mascara et Pop-Corn qui n'en serait pas à leur première création, d'après leur site internet.

Comment qualifier l'endroit? Un mélange d'Etsy-Fait au Québec (pour les tables de six pieds) se déroulant à l'ancienne shop Angus, septembre 2015 et des petits commerces de métiers d'art situés au Marché Bonsecours, et ce, autour de la piscine (rez-de-chaussée) et dans son ventre. Quand je fais allusion à ces petits commerces, je songe à la petite foire des artisans (Marché Casse-Noisette) qui avait eu lieu autour de Noël, dans le hall du palais des congrès de Montréal. Oui, cette « Foire artisanale du printemps » ressemblait à cela. 



Dans le bain même!


Toujours dans le bain, ce qui se trouve à ma droite
(au haut, à gauche, il y avait même une scène! O.O)

Un exemple du rez-de-chaussé

*On dit toujours que ce secteur est lié à Hochelaga, mais en fait, à mon sens, Hochelaga se termine là où il y a le viaduc, sur la rue Moreau (eh oui! La talentueuse comédienne Sylvie Moreau a sa rue! ;) ) ou au métro Préfontaine, pour les gens qui ne connaissent pas la rue. Ce ne serait que durant les élections fédérales (seulement « fédérales » ) que le territoire s'étendrait jusqu'au métro Frontenac ou Papineau, je ne sais plus. 


Quelle en était son allure?


Il y avait des artisans des savons faits-maison et des sels parfumés, des produits de beauté (parfums, huiles, crèmes), des bijoux – bien sûr! Il y en a toujours dans ces endroits-là), des créateurs de vêtements pour enfants, d'autres pour adultes – assez design et sophistiqué ma foi! -, des peluches très « habillées » (comme ceux de Les Créas L'Accroche Coeur) des mets à déguster sur place, comme les créations de la Fée Gourmande (j'avais entendu parlé de cette entreprise quelque part) ou des kiosques offrants des friandises et des cupcakes. Ouf! Il y en avait pour tous les goûts fins. Nous baignons dans le bonheur, l'assurance, le rêve, l'excellence, le wow!

Des artistes visuels? Il y en avait. Très peu, mais il y en avait. En voici un aperçu, mais y'en a qui peuvent manquer. J'ai choisi les personnes qui oeuvraient directement en art visuel pictural.

Diana Polizeno – artiste peintre*
Créations ZizArt - artiste visuelle et conceptrice
Mélanie Bernard – artiste peintre**
Tablo Écolo - Isabel Dénommé - Artiste-récupératrice
Alice dans la lune – artiste peintre
Mamzelle Sofy - artiste-peintre et créatrice


*Le style d'oeuvres haut de gamme que nous pouvons retrouver dans les galeries d'art du Vieux-Port de Montréal.
**Ses oeuvres sont quelque chose! Toujours orienté vers l'architecture urbaine et pour comprendre cette « obsession », il faut lire son histoire sur son site web (cliquez sur le lien, vous tomberez directement sur son site Internet). Même si cette sorte peinture n'est pas ce qui m'attire habituellement, l'artiste Mélanie Ménard a un savoir-faire qui m'enchante!!!! <3 <3


De la place pour les éditeurs?


À l'événement, nul éditeur! Seraient-ils à leur place? Peut-être l'endroit le serait pour un représentant de une boutique de jeux et jouets comme le Bric-à-Brac ou Bagnole et Bobinette qui offre vraiment des trésors d'imagination, mais pour un éditeur de livres? Bonne question. Nous parlons d'une foire pour les artisans. Or, les acteurs-créateurs de livres en sont, non?

Un exemple trouvé sur la Toile
J'avais rencontré dans le cadre du festival de BD de Montréal, au parc Lafontaine, l'an passé, le collègue d'un collègue bédéiste qui était éditeur à son compte et plusieurs de ses « parutions » comportaient des reliures faites à la main. En général, les « reliures » sont « faites à la main », mais pour cette fois, il était question de fil et d'aiguilles. La manière ancestrale quoi! Cet éditeur-ci pourrait trouver sa place dans une pareille foire, mais il serait bien isolé. 

Quoique les éditeurs indépendants et autres types de créateurs ne perdent rien à essayer. Sauf un bon 85$ pour une table de six pieds pour une seule journée! Or, ce ne serait rien comparé à une table du Comic Con de Montréal. J'ai eu ouï-dire qu'elle n'était pas donnée : 400 dollars pour la fin de semaine! Aïe! Vraiment pour les éditeurs et les artistes visuels qui ont déjà acquis une certaine notoriété. Et si ce n'est pas le cas, même la partager à deux... croire très fort que son talent d'artiste attirera suffisamment le regard? J'imagine que cela passe tout seul quand les superhéros populaires sont repris dans leur propre style. Les congressistes aiment ça avoir des bouts de superhéros avec eux, même si ce n'est pas dans le style des BD original. C'est comme ça la vie! Elle est belle et très variée. ^ ^

Mon coup de coeur!!! ^.^


Ma photo perso de l'Artiste! ^ ^
Maintenant, je dois vous parler de mon coup de coeur! J'en ai un!! Une des artistes visuels figurant sur ma petite liste ci-haut. C'est celle dont le nom d'artiste est « Alice dans la lune ». Ses créations : wow! Avant la foire, j'avais fait un tour sur le site Internet de Mascara et PopCorn pour y découvrir les différents artisans qui seraient présents à leur foire. (Les joies d'avoir Internet à la maison! Pas de stress! Je prends le temps que je veux pour les découvrir, un à un) Je suis tombée sous le charme des peintures d'Alice dans la lune en voyant les portraits des trois héros de la série Harry Potter vraiment très réussis, tout en leur conférant un caractère enfantin adorable. Sur son site Internet, sa Boutique Etsy et sur place, j'y ai vu et revu les oeuvres picturales charmantes d'enfants costumés ou métamorphosés en superhéros populaires (Batman, Joker, CatWoman, WonderWoman, Kevin Bacon-FootLose, etc.) Que de talent cette artiste! Au même niveau que celui de Sybiline.

Pour découvrir son univers : site Internet personnel
Et sa Boutique Etsy : Alice dans la lune sur Etsy
Et sa page FB : Alice dans la lune sur FB
Elle a même un Kickstarter pour un projet bien précis : Fan Expo Art Canada


Pour conclure, j'avais apprécié grandement mon expérience, plus que je m'y attendais. Nombre d'aspects, certes, très sophistiqués, sans être trop sensationnalistes, rendent l'événement vraiment unique. Je souhaite que vous ayez la chance d'y faire votre tour, l'an prochain! Nous n'en étions qu'à la première édition, imaginez-vous? 

Et je ne vous ai pas parlé des petits défilés de mode qu'il y avait de temps en temps, au coeur de la piscine. Et des tirages de prix de présences (pour les visiteurs) tout au long de la journée... Oui : Wow!

Le site Internet de Mascara et Pop-Corn avec la liste des artisans présents. 
LaPage FB de l'événement. Ainsi qu'un bref article trouvé sur signelocal - La vitrine du Fait au Québec* qui nous décrit en quoi consiste l'événement et une visite-guidée en images offerte par le magazine Le Baron (cliquez sur la photo et vous découvrirez tous les trésors de cette foire).  


*Écrit sur leur site Internet en anglais, évidemment. :P 

jeudi 12 mai 2016

Un billet dans le vent! ;) / Cyberbénévolat / Projets d'écriture en cours

Le billet intitulé « L'effervescence de ma blogosphère s'éteint peu à peu » a connu un rebondissement cette semaine. Ce qui me conviai à repousser la parution du billet portant sur un compte-rendu d'une visite de foire d'artisans qui était prévu pour ce lundi. Je l'ai reporté à demain, en soirée. Par la suite, Tout en Syreeni prendra une petite pause jusqu'au lundi de la semaine suivante (soit le 23 mai, midi). 

Une fois ce premier billet diffusé, Mlle Isabelle Lauzon directement interpelée nous a pondu un billet-réponse sur ses récents projets en écriture. C'était mon objectif. Mais je ne m'attendais pas à ce que Dominic Bellavance en fasse autant. Ni même Geneviève Blouin, qui n'était aucunement ciblée par mon interrogation (soit les blogueurs qui délaissent leur blogue ou ne semblent plus l'employer à des fins de promotion personnel de leur vie d'écrivain/auteur). Étant l'une des seules blogueuses de ma connaissance (et que je lis régulièrement) à poursuivre sans arrêt, sa démarche de partage de ses intérêts et questionnements sur la vie d'écrivaine/auteure. (Si un blogue d'auteur de SFFQ devait gagner à Boréal, ce serait bien celui-là!)

Je suis contente que mon billet ait occasionné cet écho. Ainsi que cette promo inattendue (près d'une quarantaine de lectures en deux jours seulement!) Même si elle sera peut-être de courte durée. J'aimerais bien en avoir tout autant, à long terme. Et aussi, avoir des retours. J'en ai si rarement. 

Là où le bas blesse c'est de répondre « Ah! Bonne idée de discussion! on pourrait en parler à Boréal » Parce que 1) on ne peut pas rejoindre tout le monde, à Boréal et 2) je n'y serais pas, à ce Boréal. Je suis la personne qui relance l'idée et je serais aussi, la grande absente, sur la potentielle table-ronde à ce sujet! o_O Bon. Il est vrai que serais bien intéressée à trouver une nouvelle façon de se joindre, qui n'est pas sur FB (parce que je ne considère pas « rejoindre » vraiment tout le monde là-bas et aussi, qu'il y a un côté impersonnel, qui rendent la discussion plutôt froide ou distante, même s'il y en a de vraiment intéressantes et inspirées. Et j'ai bien peur que cette nouvelle manière finisse par ressembler à un forum, comme il y en avait eu, autrefois


Une cyberbénévole impliquée aux efforts rebutés


Par ailleurs, j'aimerais vous faire part que malgré mon absence physique, j'ai tenté le tout pour le tout en faisant ma cyberbénévole sur les différents groupes FB concernant le Boréal à Mont-Laurier. Voir jusqu'à émettre, tout récemment encore, le fait que les parutions bédéesque de l'an passé ne figuraient pas parmi les listes des nominés potentiels pour les prix Boréal. :-o Personne de l'organisation ou des anciens organisateurs de Boréal n'étaient au courant qu'Olivier Carpentier* menait une jolie vie d'illustrateur pour le projet d'édition Far Out II, où il est question de cowboy-robots à la Clint Eastwood, pour les éditions Lounak, ni de la parution d'un Zidara9, pour le bédéiste Simon Pothier. Nulle trace, alors que les artistes étaient présents (et même assistèrent à une ou deux tables-rondes) lors du Boréal 2013. (L'endroit où je les avais rencontré en personne, pour la première fois.) Ma tentative de ramener leurs publications au bercail a échoué, car dans la version finale des nominés, les noms ont carrément été ignoré!! Xo( Eh ben! Après, qu'on ne vienne pas me dire que là-bas nombre d'esprits ne sont pas étriqués! 

*Je le lui devais bien, ayant participé au projet de sociofinancement pour ce volume (si vous l'empruntez ou le procurez, regardez à la toute fin, Gabrielle Syreeni s'y trouve! :D )

Travaux d'écriture de fiction en cours ^ ^ 


À l'heure actuelle, à la suite d'une visite d'au moins une heure à lire les différents magazines/revues sur la littérature d'ici qui étaient disponibles dans le kiosque d'un commerce, j'ai décidé de tenter le coup du concours Luleru offert par la revue du même nom, qui oeuvre pour la littérature enfantine depuis plus de 30 ans. La date de tombée est pour le 31 août. J'ai donc tout mon temps pour y voir. (POUR UNE FOIS!) 

J'ai déjà participé à ce concours, en 2010, sans avoir eu de réponses. Mon texte était bien, mais son histoire ne cadrait pas tout à fait sous la thématique demandée, soit « L'invitation » (âge cible 10 ans et +), portant davantage sur un récit de voyage. En d'autres mots, « une invitation à voyager »... Je ne l'ai jamais retravaillé. Il dort toujours là, dans mon tiroir. Et ce, même si un proche n'arrête pas, depuis sa création, de me dire d'en compléter son écriture, d'en faire ses illustrations ou de le soumettre quelque part. :P 

Quant à ce qui concerne le concours de cette année, d'une part, comme je n'ai jamais publié de roman, donc, j'ai le droit d'y participer, et d'une autre part, je tente de cibler le groupe d'âge plus jeune, soit pour les 5 à 9 ans. La thématique est « La boîte à biscuits ». Mon histoire est déjà couché sur papier et sur ordi. Mais je ne suis pas certaine de 1) des sujets que je peux y aborder et 2) comment mon histoire pourrait se dénouer? 

Je suis vraiment rouillée par comment écrire pour la jeunesse. J'ai pratiquement tout oublié du détestable d'atelier d'écriture pour cette catégorie d'âge que j'avais suivi, il y a deux ans. Pour me reprendre, je m'en vais emprunter un paquet de livres jeunesse dédiés à mes âges cibles, tous trouvés dans des anciennes revues Lurelu que je conserve chez moi, comme archives. Ce qu'il y en a, des idées, là-dedans. Et des sujets d'articles intéressants. 

Comme je suis en avance pour ce concours d'écriture, une fois mes premiers jets sur la table, mon texte dormira quelque temps, et je reprendrais le projet que j'avais entamé pour la revue étudiante ...Lapsus qui n'a pas été abouti. (Mon avant dernier texte de fiction dans lequel je m'étais lancée, officiellement, dans la rédaction) Le projet PKD sera à moi! Ensuite, il dormira à son tour, et je reprendrais mon texte pour le concours, en espérant trouver des lecteurs de mes âges cibles et de tous âges, comme lecteurs-bêta, pour savoir si je suis sur la bonne route. Pour la suite, je vous en redonnerais des nouvelles! ^.^ 

vendredi 6 mai 2016

L'effervescence de ma blogosphère s'éteint peu à peu

L'effervescence de la blogosphère de littéraires oeuvrant de le milieu de la SFFQ qui avait eu lieu à l'été 2014 s'éteint peu à peu, une année et demi plus tard.


Comme la vie qui coule...


et finie par disparaître, 


remplacée par d'autres habitants, décors, univers... 


J'ai constaté depuis au moins un semestre un ralentissement dans les publications virtuelles. Je continue ma besogne de blogueuse de mon côté, mais du côté de mes collègues-blogueurs... j'ai l'impression qu'ils occupent leur vie à autre chose ou bien que leur plateforme virtuelle est devenue un projet secondaire, voire à temps perdu. 

Exemple I
Le blogue La plume volage, depuis le début de l'année, présente surtout de la promo pour le prochain congrès Boréal - parce que son auteure en est devenue la porte-parole! De rares ponctuations sur sa vie de littéraire, ça et là, s'y ajoutent. Je n'ai apprise que par hasard (et non sur son blogue, que je lis depuis pourtant des années), par Facebook, qu'elle avait monté tout un guide sur l'univers des Clowns Vengeurs (série orchestrée à l'origine par Michel J. Lévesque). O.O Wow! C'est ici. J'aurais bien aimé qu'elle nous en parle, par le biais de son blogue et pourquoi l'idée de ce projet lui avait été proposée. 

Exemple II
Nombre de blogues ont changé leurs raisons d'être premières, soit de partager les intérêts et passions de jeunes auteurs de la relève. Ces blogues sont devenus carrément des vitrines de diffusion de leurs activités, maintenant sérieuse, d'hommes et femmes du livre. Comme le blogue Les chemins obscurs de Philippe Roy, qui est devenu un éditeur de nouvelles/livres numériques n'y racontent que ses aventures dans cet univers et plus rarement, de intérêts pour les vampires littéraires et le graphisme. Le blogue de Dominic Bellavance - qui porte son nom - vaque sur ses propres aventures d'écrivain et sur chacun de ses enfants de papier, qu'il auto-promeut sans cesse et toujours avec inspiration. 

Exemple III
D'autres sont demeurés les mêmes, comme celui de Jean-Louis Trudel (un semi-Grand Ancien, parce qu'il a déjà plus d'une trentaine de parutions en boîte) qui continue à publier des billets sur ses intérêts pour la SFFQ et ses petites activités (plutôt discret comparé à M. Bellavance) d'auteur, de penseur et d'animateur d'atelier d'écriture. C'est toujours un enchantement de le lire, parce qu'il en sait beaucoup. Une sorte de dictionnaire humain. 

Exemple IV
Les seuls blogues de littéraire qui roulent encore de la même façon, depuis des années, c'est d'une part, La plume et le poing, de Geneviève Blouin. Une auteure de la relève qui a décidé de vivre comme telle, à la maison, avec une jeune enfant à s'occuper. C'est la seule qui continue de publier régulièrement des billets fascinants et inspirants, à mon sens. D'une autre part, il y a ceux publiés sur le blogue Une doyenne, une sorcière et un caniche de deux auteurs québécoises (Mylène Gilbert-Dumas et Élisabeth Tremblay) bien encrées dans le milieu de l'édition du livre. Des billets fascinants et bien instructif sur le métier d'écrivain - sans entrer dans les détails de leurs vies d'auteure/écrivaine propres. 

Moi je poursuis ce projet virtuel, parce que la vie est un long fleuve tranquille avec tantôt des tempêtes, tantôt des remous, et que j'aime les exposer et les cerner avec vous, chers lecteurs.


Note : Il y a sûrement plein d'autres blogues dont je ne fais pas l'éloge, parce que 1) je ne les connais pas et donc 2a) je ne les lis pas OU 2b) je ne les lis plus. Et si c'est parce que je ne les lis plus, c'est simplement parce que leurs sujets ne m'intéressent plus. 3) Il y en a que je ne mentionne pas aussi parce que je les lis, mais rarement. Mes exemples sont parmi les plus représentatifs de mes lectures virtuelles actuelles. 


J'expose ma petite conclusion suite à ce billet ci-dessus qui a fait écho chez quelques collègues blogueurs : Un billet dans le vent! :) (Ce dernier billet est séparé en trois parties. La seconde partie pourrait aussi vous intéresser, puisque je fais le constat que je ne pourrais pas me présenter à Boréal Spécial Mont-Laurier. :/ )

lundi 2 mai 2016

L'isolement d'Internet (2) - Réflexions et comment on s'en sort?

Et vous savez quoi? Après avoir rempli au rebord mon bagage d'informations virtuelle, glanée (sur un achat à venir, une activité culturelle intéressante ou découvrir tel artiste, etc.) sur Internet, mon esprit est comme sous l'emprise d'une addiction qui me pousse à continue à chercher, encore et encore, toutes les idées qui lui passent. Pour finir par se vider de ne pas trouver ce qu'il cherche, même si sa quête, cette fois, est inutile, insignifiante. Mais il ne s'en rend pas compte. C'est une action entrainante. Comme une drogue, mon esprit continue et continue... pour aboutir au NÉANT. Ouep! Même si on dit qu'il y a tout sur Internet : l'énoncé est en parti faux!

Je vous donne des exemples. Ce ne sont pas les seuls. Elles sont pour moi les plus franches, les plus évidentes. 


1) Il y a encore beaucoup de commerçants qui n'emploient pas cette vitrine (réalité virtuelle) à sa juste valeur. Ex. Nombre d'entre eux n'offriront qu'une page plaquée dans le néant du virtuel. Ou qu'un pseudo-site dans lequel il n'y est montré que des aperçus d'un produit (photos de profil). Pas son essence, sa raison d'être, les éléments qui le constituent.

Oui, l'arrivée d'Internet a occasionné tout un choc forçant nombre de commerçants et d'artisans (artiste visuel, auteur, chanteur, cinéaste, etc.) à revoir leurs façons de faire côté « promotionnelle ». Ils se sont lancés dans le VIDE, ce qui n'est pas peu dire, pour conquérir ce nouvel univers. Trop nombreux sont-ils encore qui n'ont que plaqué leur « réalité physique » sur cette « réalité non-physique », alors que cet univers ne fonctionne pas seulement ainsi. Elle a beaucoup plus de profondeur qu'elle n'en paraît.


2) Parfois, je tente de retrouver des anciennes connaissances (d'avant l'université), histoire d'avoir des nouvelles. Je n'ai plus leur numéro, alors, j'espère qu'Internet m'y aidera. Je cherche, et je cherche, et je cherche. Le seul réel moyen de les trouver demeure... le bottin téléphonique devenu virtuel! Ce n'est pas une blague.


3) Il a le système de réception des CV. Presque de tous les employeurs nous disent désormais de les envoyer ainsi - au risque que sa version papier, en personne, ne se retrouvent dans la poubelle... X_X Alors, c'est ce que nous faisons. Mais il y a des entreprises pour lesquelles, bien qu'elles envoient le message « Nous embauchons » et nous disons en personne : « Envoyez-le par Internet ». Arrivée sur le site de soumission, nous nous rendons compte que le principe n'est pas pris au sérieux. Que le site en lui-même bogue constamment ou que la banque d'emplois est pratiquement en bêta...

Autre problème. Si tout le monde (qui s'y connaissent en informatique, et savent lire et écrire correctement) s'y essaient en même temps, il y aura nécessaire un bouchon de circulation de CV. En un seul autre mot : un contingentement. Et si les entreprises n'offrent pas des réceptions de CV moderne (un système de repérage ou d'organisation avec Excell, par exemple), ben, beaucoup de ces CV n'aboutiront pas entre les mains des recruteurs ou même, ne seront même pas reçus à cause d'un bogue.

La solution serait un système de pointe et un réel intérêt à les lire tous - quitte à embaucher des personnes supplémentaires pour y voir (parce que visiblement, la machine informatique ne les voient pas tous). Comme pour un éditeur qui reçoit trop de manuscrits en même temps et qui s'aident de Lecteurs de manuscrits. Il pourrait y avoir des « Lecteurs de CV » qui, une fois étudié convenablement et identifiée les profils à retenir, donneraient une réponse minimale aux candidats non retenu. Au lieu de les laisser dans le néant...


4) Un site de reventes d'objets usagés. À la radio, l'annonceur n'arrête pas de dire que tout s'y vend vite, vite, vite. Énoncé mensonger! J'y ai placé sur ce site une vingtaine d'objets (vieux CD, articles de cuisine), leur prix était des prix moyens, j'ai attendu des mois. Je n'ai eu qu'une vente. 

C'est bien beau de dire qu'il y a des millions et des millions de choix à loisir des acheteurs. Mais des millions de choix pour combien d'entre-eux? Une centaine? Un millier? À travers tout le Québec en plus. Ça en fait bien peu, finalement.


5) Le maire de Montréal affirme que dans l'avenir « Montréal sera une ville connectée ». Okay, mais elle ne le sera que de son côté là! Il n'y aura pas de réel échange avec l'univers. Si l'univers entier, sinon une bonne partie de celui-ci, n'est pas également « connecté », la communication ne s'établira pas correctement, et encore une fois, sera plongée dans l'isolement totale.


Par exemple, une ville « connectée » d'un million d'individus espère rejoindre combien d'autres individus sur Terre? Sachant que ce n'est pas tout le monde qui est « branché » en même temps... aux mêmes heures... Faudrait-il que tous les Terriens décident d'un commun accord de n'avoir qu'une heure universelle de fonctionnement et abolir, par conséquent, tous les fuseaux horaires? o.O


Tout ceci pour dire que nous sommes encore loin des histoires de SF où toute la société toute entière a intégré l'univers virtuel comme faisant partie de son oxygène. 


>>>> Lisez également mon billet où je présente des situations où j'ai dû faire face à la problématique. <<<<