Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

« Deux billets par semaine. Généralement le mardi, vers midi et le vendredi, en soirée. »

Merci de votre attention.

Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

vendredi 20 mars 2015

Une publicité clandestine

Regardez ce cliché attentivement :

 
 Lisez la section intitulée « Belles trouvailles »

Non, vous ne rêvez pas, il s'agit bien de mon nom de plume qui est écrit noir sur blanc en ces pages du journal 24h (journal appartenant à Québécor Média, soit dit en passant) du vendredi, 6 mars 2015. Et ce journal est demeuré dans les présentoirs toute cette fin de semaine-là avant d'en être retiré pour le prochain tirage. Donc, mon nom « Gabrielle Syreeni » s'est retrouvé-là, échoué dans ce journal, sans en avoir été averti, tout comme mon collègue exposant créateur de Ukulélé. C'est ainsi que je l'ai découvert, ce collègue-artisan. Pas parce que son art m'aurait particulièrement attiré. Bien qu'il soit difficile de demeurer passif devant ses créations (inusités et colorées). M. Coupal ne savait même pas lui-même que son nom se retrouvait dans le journal! Ni même les organisateurs du SDAUM qui se sont empressés de chercher plusieurs copies à exhiber à leurs visiteurs.


Je suis tombée sur cet article par hasard. Je ne m'y étais pas préparée! O.O Le voir et le savoir m'avaient renversé. Si je n'avais pas songé le moindrement à ramasser ce journal — qui ne m'attire pas autant que le Journal Métro, parce que moins de publicités s'y retrouvent —, je n'aurais jamais su que « Gabrielle Syreeni » se retrouvait dans un quotidien. Fait troublant. Fait qui m'avait empêché de dormir, la nuit du vendredi, craignant de voir surgir un trop gros flot de monde à ma table et de ne pas pouvoir être en mesure d'assurer... Pourtant, rien de tel n'est arrivé. Je n'ai pas eu plus de monde à mon kiosque qu'à l'habitude. En fait, comme je ne suis pas encore très connue en tant qu'artisane-artiste-auteure-écrivaine, si un lecteur avait le moindrement noté mon nom et avait eu l'heureuse idée de découvrir mon kiosque au SDAUM, ben, il lui aurait fallu y trouver ce kiosque, perdu dans un océan d'autres. Ce lecteur attentionné, je n'ai pas eu la chance de le rencontrer. :-(  Ma conclusion est la suivante : d'une part, il fallait être intéressé par l'article pour le lire. Le volet « Arts undergrounds » de cette foire peut renvoyer à des univers forts marginaux et anarchiques qui ne captivent pas la moyenne des gens. D'une autre part, il fallait être attiré précisément par mon nom de plume « Gabrielle Syreeni ».



Ce que je regrette de cette promo involontaire est le fait suivant : j'ai écrit clairement sur mon blogue, comme d'autres collègues blogueurs littéraires, que tout ce qui je publie ici est sous Mes Droits d'auteurs (Copyrights et non pas Copylefts). Donc, toute personne intéressée à reproduire une partie d'un de mes écrits ou un de mes clichés doit me le demander au préalable. Mon courriel d'artiste/plume est affiché un peu partout. Impossible de le manquer. Or, ce n'est pas arrivé avec l'auteur-journaliste de cet article. Je n'ai pas reçu de courriels de sa part. Il a délibérément repris le titre d'un de mes billets précédents, soit « Rendre moderne l'artisanat d'antan » comme faisant partie de sa propre écriture, sans inclure de guillemets (pour spécifier qu'il cite). J'appelle cette façon de faire du journalisme sensationnaliste. Car ici, nous ne sommes pas en quête de vérités (s'appuyer sur des faits concrets, être proche de la vérité en interviewant des témoins, etc.), mais en quête de surprise, d'émotion, d'émerveillement. De plus, si on lit plus loin, ce M. Houdassine ne me donne pas l'impression d'avoir lu au complet mon billet, parce qu'il laisse entendre qu'au Salon j'allais présenter des projets autant de papier mâché, de couture et de pâte à sel, alors qu'il n'en avait jamais été question. Dans mon billet « Rendre moderne l'artisanat d'antan », je n'y parle que de mes expérimentations de ces trois disciplines. Dans le billet suivant, je mentionne les projets que je présenterai lors du Salon. Mais... il y a un MAIS. Il est vrai que je n'ai pas spécifié concrètement que je n'allais présenter que des projets en pâte à sel. Dans ma tête, c'était clair. Mais sur internet, ça ne l'était pas. Je m'en rends bien compte. :-o Alors, M. Houdassine et moi sommes quittes. Il n'a pas utilisé les guillemets substantiels et moi, je n'ai pas précisé adéquatement ce à quoi les visiteurs de mon kiosque devaient s'attendre.


Désolée si j'ai je n'ai pas mal langue dans ma poche, mais c'est plus fort que moi. J'ai besoin de mettre les choses au clair. 
 

Somme tout, comme on dit, parlez-en en bien, parlez-en en mal, mais parlez-en! C'est en plein ce qui m'est arrivé. Et ça a du bon, pour le long terme. Je remercie Monsieur Le Journaliste pour cette visibilité inattendue, malgré la mauvaise façon — que j'estime — dont il s'y est pris.



À présent, je peux entamer une revue de presse d'Artisane!! ^ ^

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Formulez un ajout, un commentaire, une suggestion, un encouragement, une critique, tant que ce mot soit respectueux et écrit dans un bon français.

Tout écrit hors de ces consignes ne seront pas publié.

Merci de votre attention.